LA LORRAINE EST FORMIDABLE! à LUNEVILLE

Samedi 18 mai 2019, Rachel Thomas assistait à l’événement "La Lorraine est formidable!" organisé au Château de Lunéville, en Meurthe-et-Moselle. L'occasion pour elle et les dizaines de milliers de personnes présentes de dire leur fierté d'être Lorrains, tout en réaffirmant leur attachement au périmètre du Grand Est.

Des "Ateliers Lorrains" pour discuter de la place de la Lorraine dans le Grand Est 

Samedi matin étaient organisés des "Ateliers Lorrains" en parallèle de la grande manifestation destinée à fêter la Lorraine et ses points forts dans les parcs du Château de Lunéville. Ils se voulaient un moment de réflexion sur la Lorraine et son avenir et visaient à échanger les différents points du vue sur sa place dans le Grand Est et en Europe, son attractivité économique, et ses spécificités culturelles. Ces échanges entre acteurs politiques, économiques et culturels de Lorraine animés par Mathieu Barbier (France Bleu Sud Lorraine) étaient structurés autour de 3 problématiques et ont été conclus par le journaliste Philippe Rivet (Est Républicain);

  • Y a t-il encore une Lorraine quelque part?;

  • Comment peut-elle devenir plus attractive et attirer des entreprises?;

  • A quoi ressemblera la Lorraine dans 20 ans? 

Y  a t-il toujours une Lorraine quelque part? 

Depuis que la Lorraine a administrativement disparu avec la création du Grand Est, comment cette dernière arrive t-elle à trouver sa place? Comment doit-elle réagir face au "désir d'Alsace" qui a conduit à la constitution d'une Collectivité européenne d'Alsace au sein de ce périmètre agrandi? Doit-elle demander les mêmes pouvoirs que ceux qui seront octroyés à l'Alsace? Telles sont les questions soulevées par cette problématique d'actualité. 

Mathieu Klein a été le premier à répondre à cette problématique soulevée par le journaliste Mathieu Barbier. Selon lui, la tradition départementaliste est seconde en Meurthe-et-Moselle car la plupart de ses habitants sont des travailleurs transfrontaliers, pour lesquels l'ancrage régional est important. Le "désir d'Alsace" renvoie cependant les Lorrains à leurs responsabilités. 

Mathieu Barbier a ensuite interrogé les différents intervenants de la table ronde sur la façon dont pouvait exister le sillon lorrain avec les différentes strates administratives qui existent actuellement. 

André Rossinot lui a répondu qu'il ne fallait pas avoir peur, mais au contraire avoir les fenêtres grandes ouvertes. Il ne faut pas chercher à détricoter mais construire ensemble. Et la force de la Lorraine aujourd'hui, ce sont incontestablement les réseaux, l'alliance entre les territoires. Grâce au Grand Est, qui allie des grands champs de diversité à la frontière, nous avons plus de force de négociation. 

Mathieu Klein, Président du Conseil Départemental de Meurthe-et-Moselle, Mathieu Barbier, journaliste à France Bleu, André Rossinot, Président de la communauté urbaine du Grand Nancy, et Henry Lemoine, Conseiller Régional, participaient à la table ronde répondant à la problématique: Y a t-il toujours une Lorraine quelque part? 

Henry Lemoine, seul conseiller régional de la majorité présent à la manifestation, pense qu'il ne faut pas voir de la concurrence entre les anciennes Régions qui constituent le Grand Est, mais de la complémentarité. 

Mathieu Klein a alors tenu à souligner que, si les Lorrains n'ont pas continué à cultiver une tradition séparatiste et s'il se distingue lui-même personnellement des combats indépendantistes, il faut quand même constater que la Lorraine a perdu des dessertes ferroviaires vers le sud et qu'elle risque de devenir un cul de sac ferroviaire. Mais le Président du Conseil Départemental de Meurthe-et-Moselle estime que les Lorrains n'ont pas besoin de statut spécifique pour défendre leurs intérêts. 

 L'attractivité de la Lorraine 

Quels sont les atouts de la Lorraine? Comment peut-elle faire pour devenir plus attractive et attirer des entreprises? Ce sont les questions auxquelles les intervenants de la seconde table ronde ont apporté des éléments de réponse. 

Selon François Pélissier, Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Meurthe-et-Moselle, nous sommes actuellement dans un contexte de guerre économique; le principal objectif doit être de la gagner rapidement pour que les bénéfices soient supérieurs aux dommages causés.

 

Pourtant, nous avons connu des phases d'agonies sur le textile et la sidérurgie.

 

Car les élus sont dans le temps long puisqu'ils veulent sauver des emplois alors que le chef d'entreprise, s'il doit mourir, veut le faire vite pour pouvoir ensuite rebondir. 

Il faut compter sur les Hommes et leurs capacités à faire mais on se tire une balle dans le pied avec des problèmes d'infrastructures (ferroviaires, aéroportuaires, fluviales...). 

 

Laurent De Gouvion Saint-Cyr, Président de la Communauté de Commune du Territoire de Lunéville à Baccarat (2ème en partant de gauche), le représentant du Crédit Agricole Lorraine, Mathieu Barbier, François Pélissier, Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Meurthe-et-Moselle, le représentant du CROUS, qui vise à favoriser l'amélioration des conditions de vie des étudiants. 

Il est donc important de travailler ensemble malgré les divergences politiques et palier l'absence de fraternité humaine dans le projet de société. 

La Convention signée entre la CCI de Meurthe-et-Moselle et le pays du Lunévillois le matin même en est selon lui un bel exemple, l'objectif étant qu'il n'y ait pas de doublons entre les actions entreprises par les deux entités. Cette convention a donc fait appel à l'intelligence collective pour pouvoir être plus efficace. 

En Lorraine, nous avons des savoir-faire ancestraux exceptionnels et des Hommes qui aiment leur travail, c'est une richesse fabuleuse. Mais le succès d'un territoire est aussi lié pour 20% à l'infrastructure développée et pour 80% aux conditions d'exercice liées au régalien (comme les charges). 

 La Lorraine dans 20 ans

Jérôme Prod'Homme, journaliste et organisateur de la manifestation "La Lorraine est formidable!" a animé la dernière table ronde de la matinée dont l'objectif était d'imaginer la Lorraine dans 20 ans: à quoi ressemblera t-elle? Comment aura t-elle changée? 

Selon Hervé Bertrand, Président du PETR du Pays du Lunévillois, on a besoin d'une forme de mise en réseau pour développer du savoir-faire. Il souscrit au propos de François Pélissier sur l'idée que le temps de l'opérateur économique n'est pas forcément le temps de l'élu. 

Il y a de plus en plus de travailleurs lorrains qui franchissent chaque jour la frontière pour aller travailler au Luxembourg, mais nous n'arrivons pas à être suffisamment attractifs pour faire venir de grands groupes. 

Laurent Hénart s'est exprimé en faveur de l'octroi de pouvoirs supplémentaires à un Département qui raccrocherait la Lorraine et la Sarre. 

Un représentant du label Vosges Textile a fait part de son expérience dans l'industrie du textile. 

Dans les Vosges, il reste actuellement une trentaine d'industries textiles malgré l'industrialisation de masse en Asie.


Hervé Bertrand, Président du PETR du Pays du Lunévillois, Laurent Hénart, maire de Nancy, Elise Fischer, écrivain, Henry Lemoine, Valérie Beausert-Leick, 1ère Vice-Présidente du Département de Meurthe-et-Moselle, le représentant de Vosges Textile

5 labels de Régions sont désormais fédérés au sein de France terre textile

Selon lui, les Lorrains sont travailleurs mais aiment qu'on donne du sens à ce qu'ils doivent faire. Un label par exemple permet de fédérer et de mettre en valeur de l'authenticité. 

Il a toutefois dénoncé le manque d'infrastructures de transport dans les Vosges. 

 La Lorraine, un véritable écosystème 

Le journaliste Philippe Rivet a conclu cette matinée d'échanges en faisant part de son analyse et de son expérience sur la Lorraine. 

Il estime que la Lorraine, et ses élus, ont appris au fil des années à parler de construction, comme avec le Sillon lorrain. 

Il pense qu'il y a encore une révolution culturelle à faire pour expliquer "le pourquoi" des choses aux citoyens. 

L'écrivaine Elise Fischer a ajouté à ces propos un peu de beauté en nous rappelant l'histoire de la madeleine de Commercy, que les Lorrains ont su raconter et exporter. Pour elle, "La Lorraine est forte car elle a su accueillir"

Philippe Rivet, journaliste à l'Est Républicain (à droite). 

Retour en images sur les temps forts de la manifestation:

Le désormais célèbre Mira L'or... 

Déambulation des personnages costumés du Carnaval Vénitien de Remiremont...

Le stand de la marque La Lorraine vous révéler...

Le lancement de la dégustation du Pâté Lorrain de 54 mètres... 

Des savoir-faire à préserver et promouvoir... 

Des initiatives à encourager... 

Un beau succès...

  • w-facebook
  • Twitter Clean

© 2023 by THE HOPE CENTER. Proudly created with Wix.com