METZ

#GEN2019,

le rendez-vous business et numérique du Grand Est

Grand Est numérique est une association regroupant des acteurs du privé et du public, créée à partir du constat que le numérique est sous-estimé dans le développement du tissu économique de notre territoire; elle vise donc à promouvoir et favoriser l'émergence d'un écosystème centré sur cette question. 

Pour y parvenir, l'association organise de nombreux événements, dont le Salon #GEN qui s'est déroulé au Centre des Congrès Robert Schuman de Metz les 12 et 13 septembre dernier

Notre groupe a souhaité y assister pour échanger avec les acteurs de la filière du numérique et rencontrer les startup qui ont investi ce domaine et participent ainsi à son dynamisme et développement. 

 

Tableaux numériques connectés, innovation du numérique dans le secteur du tourisme, sites internet B2B, simulateurs de conduite pour prévenir contre le téléphone au volant, imprimantes 3D... Telles sont les découvertes que nous avons pu faire au fil de nos rencontres avec les exposants du salon. 

De nombreux exposants...

... et conférences

La Quadrature du Net,
sur la défense des Droits et Libertés sur Internet

Klorydryk, membre de la Quadrature du Net, nous a parlé de l'action de cette association qui défend depuis 2008 le respect des libertés fondamentales dans l'espace numérique.

 

Il est d'abord intervenu sur le combat de l'association contre le règlement européen ePrivacy, qui simplifierait les règles relatives à la gestion des cookies sans le consentement des utilisateurs alors qu'une grande quantité de sites web dépose illégalement des cookies chez leurs visiteurs.  

La Quadrature du net demande également à ce que les données des utilisateurs conservées par les opérateurs téléphoniques, internet et hébergeurs de contenus en ligne ne soient conservées que quelques semaines au lieu d'un an comme l'autorise actuellement la loi française. 

Klorydryk a aussi alerté l'audience sur les outils utilisés par les collectivités pour assurer la sécurité des usagers (reconnaissance faciale, micros...). Pour lui et son association, il existe des risques de dérives; il a donc mis en garde les élus présents dans l'auditorium. Ces derniers ont néanmoins nuancé ses propos. 

Laurent Buanec, Directeur Général Adjoint de Twitter France: Influenceurs, micro-influenceurs, qui a vraiment de l'influence? 

Laurent Buanec nous a expliqué avec beaucoup de clarté comment fonctionne l'influence sur Twitter

Contrairement à Instagram, sur Twitter on ne cherche pas à dire "regarde moi!", mais plutôt "regarde ça!"

C'est la discussion autour d'un sujet qui va créer des vues et faire que les gens vont partager et débattre, ce qui permettra de créer une chambre d'échos, de résonance. 

L'audience de Twitter est réceptive et réactive. A un moment, un mouvement va se créer qui peut ne jamais s'arrêter (#MeToo par exemple). 

Il faut cependant bien faire la distinction entre popularité et influence. En effet, ce n'est pas parce qu'on n'a pas beaucoup de personnes qui nous suivent sur Twitter que l'on ne peut pas avoir de l'influence. Pour exercer de l'influence, il ne faut pas rester auto-centré mais regarder ce qu'il se passe dans le monde. Selon Laurent Buanec, l'influence doit être engagée plutôt que neutre. 

Il existe plusieurs types d'influenceurs, soit des influenceurs de masse (personnalités), soit des micro-influenceurs, qui ont une influence sur des niches ou des sujets moins précis. 

Enfin, une personne, même si elle n'a pas Twitter, est en permanence soumise à des tweets (dans les journaux, à la télévision...). 

Ines Leonarduzzi, CEO de Digital for the Planet, 
les grands enjeux des transitions numérique et énergétique

- La pollution intellectuelle, conséquence de notre utilisation excessive des écrans numériques. Il y aurait une 40aine d'effets cognitifs liés à la trop forte utilisation des écrans. On ne sait plus lire longtemps car on nous apprend à zapper vite, les textes sont référencés sur Internet et de plus en plus courts. 

- La pollution sociétale: nous sommes très connectés mais ne savons pas de quoi on parle, notamment en ce qui concerne l'Intelligence artificielle. Par exemple, dans l'étude "Les françaises et les français face à l'IA", les personnes interrogées expliquent qu'elles utilisent SIRI mais pensent en même temps qu'elles n'utilisent pas l'Intelligence artificielle... De plus, le numérique peut nous faire dévier de nos principes moraux. Avec le numérique, on apprend à réagir avec des mécanismes plus contestables que si l'on traitait avec un être humain. 

Digital for The Planet est un projet visant à développer le numérique de demain,  "à impact carbone réduit, inclusif et bénéficiant au plus grand nombre possible". Il s'appuie sur le concept d'écologie numérique développé par sa CEO, Ines Leonarduzzi. 

Cette notion part du postulat que le numérique est la cause de plusieurs types de pollution: 

- la pollution atmosphérique; 

- la pollution intellectuelle;

- la pollution sociétale. 

- La pollution atmosphérique est liée à la production d'appareils numériques dans certains pays, qui consomme des matériaux non renouvelables, de l'énergie et qui a parfois des conséquences graves pour les populations (comme le coltan en République démocratique du Congo). Elle est également liée aux Data Center (usine du 21ème siècle) et à l'utilisation que l'on fait de nos outils numériques au quotidien (appareils en charge toute la nuit, nombreuses applications sur le téléphone qui ne sont pas utilisées...). 

  • w-facebook
  • Twitter Clean

© 2023 by THE HOPE CENTER. Proudly created with Wix.com