Intervention de Christophe Choserot en ouverture de Séance

« Monsieur le Président, mes chers collègues,

 

Initialement notre séance plénière devait se tenir sur 2 jours. 2 jours qui nous auraient permis de débattre sereinement sur les dossiers régionaux.

Et bien non, mes chers collègues, cette séance plénière a été réduite à une seule journée. Une seule journée consacrée à 5,5 millions d’habitants.

Monsieur le Président, ce n’est pas sérieux, nous le regrettons. Notre Région en construction mérite mieux que ça. La représentation régionale mérite mieux que ça. Un débat serein et constructif demande du temps. Nous devons faire preuve de pédagogie et de transparence. Ce n’est pas en une seule journée, 4 fois par an,  que nous atteindrons cet objectif.

Mais finalement, cet exemple malheureux de plénière tronquée en dit long sur le fonctionnement de notre institution.

Monsieur le Président, vous faites piloter la Région Grand Est par une technocratie bien organisée et puissante.

Les citoyens face à elle ne retiennent rien, ne comprennent rien à la politique régionale.

Jacques Chérèque, Conseiller Régional, parlait de « Vache à 5 pies » pour dénoncer la gestion de la Région Lorraine par Gérard Longuet.

Vous reproduisez ce modèle de vache à 5 pies à l’échelle du Grand Est. Vous pourrez mettre cela à votre bilan. On aligne finalement la technocratie et les territoires, avec plus ou moins de succès viennent traire les dispositifs de la Région.

Monsieur le Président, vous êtes en échec. Vous avez échoué à construire cette Région Grand Est. Vous êtes un observateur, vous naviguez à vue, sans cap, sans boussole, sans vision politique.

Nous, opposition, nous n’avons pas réussi à vous faire changer de cap.

Mais à la fin, les autres Régions avancent, elles structurent. Elles prennent des positions, elles fédèrent les territoires. Nous, nous n’arrivons pas à unir et à travailler en commun.

Votre rôle, Monsieur le Président, c’était de construire et d’unifier cette nouvelle Région. Vous  êtes en échec. Pire, vous êtes l’artisan en chef de la vente à la découpe de la Région :

•             Création de l’intérieur, d’une collectivité à statut particulier, la collectivité européenne d’alsace ;

•             Réponse de la Moselle, par la création d’un département européen en réclamant et c’est bien légitime les mêmes compétences que la collectivité Alsace ;

•             Contre feu du maire de Nancy pour peser dans cette vente à la découpe la création d’un grand département regroupant la Meurthe-et-Moselle, les Vosges, la Meuse et la Haute-Marne, sans la Moselle, et lui aussi a raison d’essayer de trouver des solutions territoriales dans ce délitement de la Région Grand Est.

Mais justement, où est la Région dans tous ces débats. Nulle part, elle est absente, c’est cet exécutif qui a créé ce désordre. Vous avez ouvert la boite de Pandore, et vous ne maîtrisez plus les conséquences.

Vous connaissez la signification de la boite de Pandore, mes chers collègues, dans la mythologie grecque c’est l’origine de tous les malheurs. A l’ouverture de la boite par Pandore, tous les maux s’évadèrent pour se répandre sur la terre, cependant seule l’espérance resta au fond de la boite. Nous avons encore l’espérance, tout n’est donc pas totalement perdu.

Autre échec, Monsieur le Président, la structuration économique du territoire. Nous avons écrit un Schéma Régional de développement Economique, d’Innovation et d’Internationalisation SRDEII. Nous l’avons voté. Ce Schéma propose une vision globale sur l’ensemble du territoire. Une stratégie économique sur l’ensemble de la Région, des filières d’avenir identifiées. Ce schéma place notre collectivité comme chef de fil du développement économique, application de la loi Notre.

Encore échec, là encore vous ne parvenez pas à unir économiquement cette Région. La vache à 5 pies fonctionne à plein, chaque département, ou territoire y va de sa création d’agence économique et d’attractivité, et défini elle-même sa stratégie, son organisation, en essayant de traire un maximum de financement à la Région.

Monsieur le Président, il est temps que la Région reprenne sa place. Nous pourrons peser à l’échelle nationale ou européenne seulement en ayant une vision d’ensemble sur ce territoire de l’Ile de France aux frontières européennes.

Nous allons aujourd’hui débattre du plan Régional en faveur de l’intelligence artificielle, sujet majeur, nous aurons à en reparler lors de cette séance pas simplement des aspects numériques ou physiques mais aussi des aspects humains, ou comment le citoyen va être préparé à ce qui va se passer.

Mais ce n’est pas de cela que je souhaite vous parler dans l’instant mais encore à travers ce rapport pointer votre échec. La France suite au Rapport de Cédric Villani, a élaboré une stratégie Intelligence Artificielle, 4 instituts de l’Intelligence Artificielle ont été sélectionnés, 2 dossiers Grand Est ont candidaté : un porté par l’Université de Strasbourg, l’autre par l’Université de Lorraine. Aucun n’a été sélectionné.

Finalement Monsieur le Président, vous nous expliquez, que nous allons bâtir notre stratégie Intelligence Artificielle sur cet échec. Mais où était la Région ? N’est-ce pas avant qu’il fallût unir nos forces académiques et économiques pour bâtir un seul projet ? C’est le rôle de la Région, votre responsabilité est de fédérer. Vous avez là aussi échoué sur un sujet majeur, d’avenir économique. Nous en reparlerons plus tard.

 

 

Monsieur le président, il n’est peut-être pas trop tard. Il est peut-être temps d’écouter votre opposition. Déjà, sur les critiques que je viens de vous formuler, la critique fait partie de la vie démocratique.

Essayez de nous répondre différemment peut-être que lorsque j’ai proposé une motion sur l’unité régionale, si votre seule réaction à la critique est la colère non saine nous n’y arriverons pas.

•             Essayez de nous entendre sur le Lycée 4.0 ;

•             Essayez de nous entendre sur les transports scolaires ;

•             Essayez de nous entendre sur la structuration économique ;

•             Essayez de nous entendre sur les fonds européens ;

•             Essayez de nous entendre sur l’aménagement du territoire.

 

Je sais la critique est aisée mais l’art est difficile. Cependant, votre rôle Monsieur le Président, ce n’est pas d’être le chef d’une majorité qui s’affaiblit de séance en séance.

Non, votre rôle est d’être à l’écoute de votre majorité et de votre opposition pour mener à bien la construction de cette nouvelle région.

Pas pour vous, encore moins pour nous, mais pour toutes celles et ceux qui composent le Grand Est.

Je vous remercie. »

Intervention de Diana André sur le règlement d'organisation et de gestion du temps de travail des agents régionaux

« Monsieur le Président,

Votre proposition de nouveau règlement d’organisation et de gestion du temps de travail pour les 7 500 agents de notre collectivité ne passe pas.

Sa présentation au comité technique a fait l’objet de la part des représentants des salariés d’une abstention à minima et d’une opposition ferme.

Dans ce cadre, le passage en force n’est jamais la solution.

Ainsi, nous vous invitons à entendre les points de crispation qui se traduisent ce jour par une mobilisation de nos agents qui porte une image négative de votre gestion.

La suppression d’acquis sociaux concernant les ex-agents de Champagne-Ardenne et de Lorraine n’est pas entendable.

Notre groupe vous invite à reprendre le dialogue, à ne pas être arc-bouté sur vos certitudes et à ne pas être sourd aux revendications.

Il faut construire et parvenir à un compromis acceptable pour les 2 parties afin de ne pas perturber le service public de notre collectivité. »

Rapport d’activité 2018 du référent déontologue

"Nous nous satisfaisons qu’une personne experte sur le sujet ait été nommée, qu’elle puisse se saisir de dossiers à traiter nous souhaitons qu’elle bénéficie de tous les moyens et libertés pour ce faire."

Intervention de Rachel Thomas sur les rapports financiers

« Monsieur le Président,

Suite à la présentation de l’ensemble de vos rapports financiers, notre groupe interviendra sur 2 points :

  • A la lecture du compte administratif, le constat de la faible mobilisation des fonds européens qui nous ont été alloués pour la période 2014-2020 soit 1,4 milliards d’euros sur les 3 fonds structurels.

Seulement 50% des volumes engagés à ce jour sur les maquettes FEDER-FSE et – de 30% sur les maquettes des FEADER.

Notre groupe exige avec insistance de bénéficier à moins de 2 années de la fin de l’engagement possible de ces fonds d’une totale transparence de l’utilisation de ces fonds et que vous nous traduisiez les solutions que vous nous apporterez pour faire en sorte qu’il n’y ait pas de dégagement d’office sur la globalité de ces 1,4 milliards d’euros de fonds.

La Région Grand Est en a besoin.

  • La mise en œuvre du lycée 4.0.

Dans cette décision modificative, nous découvrons que vous fléchez 25 millions d’euros pour instaurer la gratuité des ordinateurs aux entrants en seconde. Et vous nous en faites voter le principe aujourd’hui alors que vous l’avez valorisé dans la presse il y a quelques mois et que les marchés publics pour ce faire ont été lancés.

N’est-ce pas là à nouveau une gestion au coup par coup, comme nous le dénonçons trop souvent.

En effet, si cela avait fait partie de vos principes politiques, d’installer la gratuité dans sa globalité à l’excès à une éducation de qualité, nous aurions dû retrouver ce principe lors du vote des orientations budgétaires 2019 à minima et du Budget Primitif 2019 et pas là, dans une DM presque en catimini, qui laisse bon nombre d’acteurs de l’éducation en questionnement.

Sur l’ambition dans le Grand Est de mettre en œuvre le lycée numérique, nous le partageons et ce, malgré toutes les difficultés techniques connues depuis deux années de sa mise en œuvre qui freinent l’initiative.

En conséquence, le principe de la gratuité dans son ensemble aurait dû faire partie de la colonne vertébrale de ce dispositif.

Cela vaut également sur le principe de la gratuité des transports scolaires. Notre groupe en fait un principe politique.

Monsieur le Président, quelle mesure d’équité de traitement allez-vous apportez aux familles qui n’ont pas bénéficié de la gratuité totale sur l’achat de ce matériel sur les années 2017 – 2018 et qui, à raison, considèrent être lésées ?

Monsieur le Président, ne restez pas sourd aux différentes propositions que nous vous formulons afin d’améliorer l’ensemble de vos dispositifs. »

Intervention de Christophe Choserot sur les premiers principes et mesures en faveur des langues et cultures régionales

" Plaques bilingues dans les communes, des annonces en langue régionale dans le TER, d'ailleurs en regardant la carte, plus le TER va avancer, plus le dialecte va changer, et plus les annonces, il va falloir les adapter.

 

Et puis des soutiens de créations de crèches et d'activités périscolaires...

 

C'est votre choix, nous ne le partageons pas.

 

Il nous semble que dans ce champ de la culture éducative, de la jeunesse, de l'Histoire aussi, il y a peut-être autre chose à faire.

 

Donc nous n'approuvons pas ce rapport Monsieur le Président."

Intervention de Christophe Choserot sur le Plan Régional en faveur de l'Intelligence artificielle

« Monsieur le Président, mes chers collègues,

 

Et si un robot était capable de réaliser des tâches dont vous souhaiteriez vous exempter ? Et s’il les faisait à votre place, avec rigueur, justesse, rapidement en totale autonomie et qu’il apprenait de ses propres erreurs et s’adaptait à vos préférences et habitudes ? Accepteriez-vous de partager votre quotidien avec lui ?

Et si en médecine, l’intelligence artificielle était capable de réaliser des diagnostics plus précis, des traitements plus personnalisés au risque de faire perdre la main aux médecins ? Sur une étude, des médecins spécialistes avaient identifié correctement 87% des mélanomes, la machine 95%, quid alors du médecin ? Êtes-vous prêt à laisser une machine poser un diagnostic et un traitement.

 

Dans un rapport, 64% des français se disent inquiets du développement de ce qu’ils considèrent comme étant de l’Intelligence artificielle.

La principale préoccupation est l’impact qu’aura cette technologie sur leur vie professionnelle et les conséquences de la digitalisation dans leur sphère personnelle.

La logique est implacable, plus la population dépendra des appareils connectés, plus ces derniers pourraient être utilisés à mauvais escient.

Dans un contexte économique mondial en pleine mutation,  le PIB mondial pourrait croître de 14 % d’ici 2030 grâce à l’essor des innovations intelligentes. C’est considérable.

Dans son rapport, le Député Cédric Villani, pointe 4 grands secteurs stratégiques du déploiement de l’IA : l’éducation, la santé, les transports et l’agriculture.

Tout ça pour vous dire mes chers collègues, qu’évidemment il faut se préparer à cette révolution technologique et économique. Mais il faut aussi et surtout préparer nos concitoyens à ces transitions technologiques et veiller qu’ils ne les subissent pas. C’est le rôle aussi de notre collectivité  en lien avec l’état.

Monsieur le Président, votre plan en faveur de l’intelligence artificielle ne prend pas en compte  tous ces facteurs sociaux et humains.

Votre plan justement, nous vous réaffirmons  ce que nous avons pointé en propos liminaire. Votre stratégie d’IA se construit sur un échec. La Région aurait dû s’impliquer fortement pour unir les forces académiques régionales pour répondre à l’appel à projet de l’état pour devenir un des 4 instituts interdisciplinaires de l’IA.

Au final 2 dossier du Grand Est ont candidaté un de l’université de Strasbourg, l’autre de l’université de Lorraine et aucun n’a été retenu.

Vous nous indiquez, que cet échec a permis de créer une dynamique et que la Région souhaite amplifier cette dynamique. Très bien.

Dans votre plan, rien d’exceptionnel :

  • Création d’un institut

  • Soutenir l’excellence scientifique

  • Soutenir les entreprises

  • Développer les compétences

Nous croyons qu’il faut dans ce domaine se spécialiser sur un champ de l’IA. Il faut marquer une spécialisation Grand Est : dans la santé  ou dans l’industrie et l’agriculture ou encore dans la cyber-sécurité parce que c’est un thème majeur de l’IA.

Nous ne pouvons pas courir dans toutes les directions.

Notre proposition :

  • Fédérer les forces académiques et économiques en un pôle fort, puissant et structuré ;

  • Choisir une spécialisation, nous vous préconisons la santé (imagerie, diagnostic précoce, télé médecine) ;

  • S’impliquer dans la formation et l’information de nos concitoyens.

Voilà Monsieur le Président, nos quelques remarques sur le sujet.

Nous avons d’ores et déjà perdu la première partie. Ce sont les Etats-Unis et la Chine qui ont pris des positions fortes sur ce sujet.

Espérons maintenant que  L’Europe et La France arriveront à combler leur retard et que la Région Grand Est y jouera un rôle essentiel.

Je vous remercie. »

Intervention de Diana André sur les rapports Transports et Mobilités

« Monsieur le Président,

 

Notre Région, transfrontalière, regroupant 10 départements sur une superficie de 57 500 km2, conjuguant des territoires très divers, nécessite qu’elle structure efficacement une offre de mobilité la mieux adaptée à la vie quotidienne de nos concitoyens.

Cette vie quotidienne est complexe aujourd’hui : se rendre à son travail, se rendre à l’école, aller faire ses courses, aller chez le médecin, pratiquer un sport, se cultiver,… Tout ceci implique un déplacement qui n’est pas équitable sur la globalité de notre territoire et génère des disparités, des tensions, des révoltes que nous devons entendre et ainsi construire, conjointement avec l’ensemble des collectivités territoriales (Europe, Etat, Région, Communautés de communes…) des solutions adaptées et efficientes aux besoins réels de nos concitoyens.

 

Force est de constater que depuis des décennies, l’offre de nos politiques publiques en matière de mobilité est inadaptée à ce besoin réel.

La dégradation lente de nombreuses voies ferrées, de nos routes, de notre réseau fluvial est un constat partagé.

La concentration des atouts et des moyens au cœur des métropoles laisse les territoires ruraux et villes moyennes moins dotés.

Ajoutons à cela un développement important de l’usage du transport, qui a pour conséquence une empreinte environnementale devenue insoutenable.

L’urgence de la situation nous force à être en capacité de structurer une politique de mobilités comme un outil d’aménagement du territoire, un outil de cohésion sociale et surtout un outil qui répond à l’urgence climatique.

Le Président de la République a clairement posé cette ambition dès son élection.

Elle se traduit aujourd’hui par une loi portée par le gouvernement, la loi LOM, adoptée cette semaine par l’Assemblée nationale.

Elle s’est bâtie sur le diagnostic et les conclusions des assises nationales de la mobilité et travaillée en étroite collaboration avec celle et ceux qui auront à la mettre en œuvre.

Elle a été enrichie par le travail des commissions, particulièrement du Sénat.

Elle reprend deux ambitions ; celle de répondre au sentiment d’abandon traduit fortement ces derniers mois et celle de tirer parti de l’opportunité de la nouvelle révolution des mobilités (covoiturage, auto partage, service d’information multimodal…).

 

La loi Mobilité, c’est aussi et avant tout, un acte de confiance dans les collectivités, au premier plan desquelles les Régions positionnées comme chef de file de la mobilité qui instituent des lieux et des outils de dialogue afin de construire des solutions adaptées.

 

Monsieur le Président, saisissez-vous de cette confiance que nous accorde le Président de la République et le gouvernement en nous inscrivant dans une politique régionale des transports ambitieuse, à la hauteur des enjeux et des attentes des habitants du Grand Est.

 

On peut évoquer le soutien du Président de la République à la réouverture de la ligne Epinal-Saint Dié avec un engagement ferme de plus de 8 millions d’euros de l’Etat.

 

Notre Région Grand Est transfrontalière a un réel besoin d’un maillage et d’une offre moderne de transport ferroviaire adapté à la vie quotidienne de nos concitoyens ainsi, nous soutenons votre proposition dans cette deuxième phase de bâtir une capacité de cadencement et d’ouverture à la concurrence de lignes transfrontalières France-Allemagne sur 7 corridors ferroviaires que nous souhaiterions plus rapide dans sa mise en œuvre tant le besoin est criant.

 

Vous nous soumettez à l’approbation les dispositifs connexes au règlement régional des transports scolaires.

Quel que soient les améliorations ou les solutions que vous avez pu apporter à ce règlement afin de moduler la facture aux familles ;

-              suite par exemple aux échanges avec le Ministère de l’économie et des transports afin de réduire la facture adressée aux familles des élèves du secondaire ;

-              en versant aux familles une allocation de transport modulée en fonction de l’offre de transport sur un aller-retour.

Nous, les Progressistes, nous réaffirmons ici notre attachement à une politique publique de transports scolaires gratuite et accessible à tous dans le Grand Est.

D’autres Régions de France la proposent alors pourquoi pas nous ?

Quant aux différents appels à projets qui concourent à une mobilité durable retiennent toute notre attention et sont un début de proposition.

Nous adhérons à ce développement de bouquet de solutions de mobilités, l’auto-partage est intéressant, qui fait toutefois appel à un changement de pratiques.

Nous souscrivons aux propositions de développement d’infrastructures électriques, biogaz ou hydrogène, là encore il est nécessaire de développer les stations sans lesquelles les ambitions resteront lettre morte.

Je vous remercie. »

Intervention de Diana André sur Orient'est - élargissement de l’action de la Région en faveur de tous les publics en matière d’information sur les métiers et les formations

« Monsieur le Président,

Ce rapport s’inscrit dans la nouvelle compétence liée à l’orientation des publics scolaires et universitaires. Des actions d’information sur les métiers et des formations sont organisées dans le cadre national de référence établi conjointement entre l’Etat et les Régions.

 

On se rend compte, au travers de cette nouvelle compétence que l’information sera plus complète, puisque le monde professionnel sera ainsi beaucoup plus présent. Ce qui permettra une approche plus réaliste du monde du travail et des professions susceptibles d’intéresser les différents publics scolaires et universitaires. C’est une opportunité qui leur sera offerte de mieux appréhender leur avenir professionnel.

 

Vous déclinez dans ce rapport la stratégie qui permettra de mener, en lien avec les psychologues de l’éducation nationale, les conseillers principaux d’éducation et les enseignants la diffusion de cette information afin que chaque élève et ses parents puissent se l’approprier.

 

Une boîte à outils, comme vous la nommez, sera à construire selon des modalités pour l’instant encore peu définies.

 

Le réseau d’ambassadeurs des métiers sera constitué qui permettra d’optimiser les interventions dans les établissements.

 

Il conviendra, bien entendu, d’adapter les actions en fonction de tous les paramètres qui peuvent évoluer.

 

Enfin, une évaluation précise sera nécessaire afin de juger de la pertinence des dispositifs mis en place.

 

Je vous remercie. »

Intervention de Christophe Choserot sur le nouveau dispositif Grand Est Compétitivité 

« Monsieur le Président, mes chers collègues,

Nous avions deux dispositifs, un dispositif « Industrie du futur » et un dispositif « Modernisation des PME », on recrée un seul dispositif avec deux parcours « Grand Est Compétitivité » qui sont la reprise des deux anciens dispositifs. On n’est juste en train d’ajuster un certain nombre de choses.

Le rapport indique qu’on recherche de la visibilité, cela tombe bien ; c’est souvent la critique qu’on vous fait Monsieur le Président.

D’ailleurs ces deux dispositifs fonctionnent plutôt bien, le CESER l’a rappelé.

Cependant, en y regardant d’un petit plus près sur l’AMI Modernisation des entreprises, le plafond de subvention d’aides à l’investissement aux PME passe de 1 million d’euros ancien dispositif à 300 000 euros nouveau dispositif en Zones à finalité régionale.

Même chose sur l’AMI Industrie du Futur, on a un écrêtage sur la subvention accordée.

Nous souhaiterions avoir des explications.

Je vous remercie. »

Intervention de Christophe Choserot sur les Pactes de destination touristique 

« Monsieur le Président,

Le développement de l’économie touristique et la structuration de cette filière au regard de son potentiel demeurent une priorité pour notre groupe, cela concoure au développement de l’emploi et aux retombées économiques pour la Région Grand Est.

La mise en œuvre des 5 contrats de destination sont une étape politique que nous soutenons mais qui demeure à nos yeux insuffisante, nous aurions souhaité que cette contractualisation ne se cantonne pas uniquement à des actions de communication mais à un travail de structuration de destination avec l’ensemble des acteurs publics et privés. En somme, une vision commune et partagée de ces destinations nous semble pertinente.

Vous avez confié le budget et la mise en œuvre de ces contrats de destination à l’Agence Régionale du Tourisme du Grand Est et vous avez confié globalement près de 10 millions d’euros au fonctionnement de cette Agence.

Nous vous avons rappelé lors du vote que nous souhaitions que ce ne soit pas un chèque en blanc et que nous attendions plus de détails, pour ne pas dire un budget solide dès les premiers conseils d’administration de cette Agence.

Or le constat est tout autre. Nous vous demandons Monsieur le Président de poser une exigence qui aille dans ce sens et qui permette à l’ensemble des administrateurs de cette Agence de bénéficier de tous les éléments afin de prendre les décisions opportunes.

C’est un acte démocratique.

Monsieur le Président, cette année se tiendra à nouveau un évènement majeur, le Grand Est Mondial Air Ballon sur le site de Chambley Planet Air fin juillet. Vous connaissez mon attachement au développement de ce site qui compte de nombreuses activités.

Concernant l’une d’elles, je veux parler de la Délégation de Service Public de l’école de formation automobile qui arrive à échéance, dont le délégataire est l’entreprise Maillet ; qu’avez-vous envisagé pour la suite ?

Pouvez-vous être précis, je vous remercie. »

Intervention de Christophe Choserot sur les fonds européens 

" Pour revenir sur les fonds européens, je pourrais toujours prendre l'exemple que tout le monde connait; la subvention de la Recherche, de l'Innovation, de l'Economie... Je vais vous prendre 3 sujets dans la vie quotidienne des gens: 

- Un restaurant d'application dans ma commune; fonds européens.  Là on fait de l'insertion des personnes qui sont en dehors de tout chemin, complètement perdues. On les ré-insert dans la restauration. 

- Une crèche franco-allemande; fonds européens. 

- Un centre de formation des arts du cirque pour les enfants; fonds européens. 

Les fonds européens accompagnent les communes au jour le jour, c'est un levier important pour financer l'ensemble de nos programmes. 

​​

Je voulais simplement indiquer que ces fonds européens sont importants. Sinon, sur le fonds de la délibération François Werner a apporté toutes les réponses." 

Intervention de Christophe Choserot sur le nouveau règlement des groupes politiques

" Monsieur le Président, mes chers collègues, 

Nous nous sommes contre la modification du règlement des groupes politiques par la diminution de moitié du montant des crédits octroyés par élu pour le fonctionnement des groupes politiques. 

C'est évident que pour le groupe de la majorité, cela ne pose aucun problème, vous avez les moyens de l'institution. 

Pour nous, qui sommes un petit groupe d'opposition, ces crédits sont nos seuls moyens de fonctionnement. 

Et vous poussez l'histoire à nous dire même comment dépenser cette dotation par élu et par groupe. 

Donc on votera contre cette délibération, les groupes politiques sont libres et responsables d'utiliser leurs moyens comme ils le souhaitent. 

Donc nous voterons contre cette délibération."

Question de Christophe Choserot sur la représentation des groupes politiques en Commission permanente

" C'est vrai que la représentation des groupes a un peu évolué, si j'ose dire, depuis l'installation en janvier 2016. 

Nous étions 3 groupes, nous en sommes 7 maintenant, et il me semble normal que chaque groupe puisse avoir une représentation en commission permanente. 

Nous, pour ce qui nous concerne, on a déjà une représentante, on veut juste la changer. 

Je pense qu'il faut qu'on regarde, mais je n'attend pas une réponse de votre part tout de suite, mais je pense qu'il faut qu'on regarde comment, d'un point de vue démocratique, chacun puisse être représenté au sein de la commission permanente. 

Puisqu'on voit bien qu'il y a des sujets, on en a parlé tout à l'heure, sur la question du Lycée 4.0, il y a des sujets importants qui sont en commission permanente. 

Donc simplement observer qu'il y a eu un changement du panorama politique dans cette assemblée et regarder comment chaque groupe peut être représenté de manière démocratique au sein de la commission permanente. 

Merci Monsieur le Président."

  • w-facebook
  • Twitter Clean

© 2023 by THE HOPE CENTER. Proudly created with Wix.com